Echec et mat.

J'ai joué, j'ai perdu.

Vous avez le droit de me dire "t'es vraiment débile, on t'avait prévenue".

Je récolte ce que j'ai semé et ne peux m'en prendre qu'à moi-même...

J'ai laissé sur mon ordi la page de mon blog ouverte. Acte manqué ? Grosse boulette ?

Il a eu tout le temps de lire tout le contenu de ce blog pendant la sieste de Potam.

Je l'ai blessé.

Je l'ai fragilisé.

J'ai mal avec lui.

On a mal ensemble, j'espère qu'on va s'en sortir ensemble.

Demain on signe chez le notaire la vente de la maison. Ironie des dates. Aujourd'hui c'était l'anniversaire de Potam. J'ai tout gâché. On a réussi à faire semblant il ne s'est rendu compte de rien, il a ri en soufflant ses bougies et dévoré son gâteau... On a rallumé dix fois les bougies et ri, ensemble, tous les trois, mais sans se regarder LeTigre et moi. Ai entendu "t'as de la chance qu'il y ait Potam sinon tu peux en être sûre, ce soir je serais parti". J'ai la chance d'avoir un homme intelligent qui n'a rien dit ni rien montré devant son fils.

Je suis vraiment une débile, il me l'a dit, il a raison. Ai entendu des mots durs, ai vu sa souffrance. Heureusement il me croit quand je lui dis qu'il n'y a rien eu de concret, mais il n'a plus confiance en moi et je le comprends. Moi non plus je n'ai plus confiance en moi. Il a besoin de certitudes et il n'en a plus.

Comment vivre avec quelqu'un comme moi, handicapée de la vie de couple (de la vie tout court) ? Comment encore lui faire comprendre que je n'aime que lui ?