Suite à de grosses crises ces derniers jours, j'ai décidé de changer ma façon de m'alimenter (ou plus exactement de suivre de façon plus stricte les quelques règles que je connais).

Cette semaine, j'ai eu très mal au ventre, surtout hier. J'ai dû partir du boulot à 15h30, pliée en deux, incapable de digérer mon repas de midi qui avait pourtant été plutôt "normal" : courgettes cuites au fromage blanc en entrée, steack de veau et purée, salade de fruit. Rien de bien déraisonnable.

Et pourtant. Je le sais, qu'à la cantine, je dois faire attention. Que tout est trop gras, trop lourd pour mon pauvre intestin déjà fragile.

J'ai eu de grosses douleurs (accompagnées de bruits et de gaz très glamour, avec le ventre tout gonflé) jusqu'au coucher, malgré un dîner facile à digérer (3 batons de surimi, une assiette de polenta et un yaourt).

J'ai donc pris de bonnes résolutions, parce que j'en ai marre de souffrir et d'être mal, d'avoir au minimum le ventre tout gonflé tout l'après-midi alors qu'au réveil j'ai retrouvé mon ventre plat. Au minimum tout gonflé, et au pire comme hier, avec de nombreux états intermédiaires possibles.

 

Déjà, plus de cantine. C'est fini. Je ne maîtrise pas ce que je mange, même les légumes baignent dans le gras, et j'ai pas envie non plus d'y aller pour manger une tranche de jambon, un bout de pain et un fuit, c'est bon.

Ensuite, je privilégie les choses faciles à digérer. Les légumes cuits, les viandes blanches, les féculents à tous les repas sans sauce, peu de pain, pas de pain complet (on dit que c'est meilleur que le pain blanc, moi je ne le digère absolument pas), et peu de laitages, essentiellement les yaourts.

Bien sûr, c'est de la théorie. Je suis pas superwoman non plus, j'ai comme tout le monde envie d'une pizza ou d'un plat en sauce de temps en temps. Je ne suis pas au régime pour maigrir, mais pour me sentir mieux, simplement faire attention à ne pas cumuler dans une journée trop d'écarts.

Je ne bois plus de lait. C'est con parce que j'adore ça, mais je ferai des exceptions de temps en temps les jours où mes intestins se font oublier. Je sais que quand on a certaines allergies ou maladies, on ne digère pas le lait. C'est parfois une cause, parfois une conséquence, dans mon cas je ne sais pas, je vais commencer des analyses (prises de sang, bilan allergologique, et si besoin, coloscopie), mais en tout cas les laitages causent de gros dommages dans les intestins fragilisés.
Le matin, je mange des céréales avec du lait d'avoine, du lait de riz ou du lait de chataignes (trop bon !) (pas du lait de soja car mon allergologue m'a dit que c'était pas bon d'en abuser, ça cause des cancers hormonaux-dépendants : le soja, c'est des phytoeostrogènes). Sinon je mange des tartines de baguette grillée ou des galettes de riz.

Le seul laitage que je m'autorise sans modération, ce sont les yaourts enrichis en probiotiques, car ils aident à rétablir la flore intestinale (type Activ*a ou Actim*l). Mais bon j'adore les desserts à base de lait (crèmes au chocolat, riz au lait, etc..) et j'adore le fromage donc je sais que cette règle ne sera pas super bien respectée. Disons que c'est ma théorie, la pratique sera forcément un peu plus souple.

Exit tout ce qui fermente et qui me ravage le bide : le chou fleur, le brocolis (en purée avec des patates ça passe), les légumes secs (c'est con j'adore mais j'en mange quand même de temps en temps) et les plats trop riches.

Je ne mange pas de fruit en fin de repas, c'est plus difficile à digérer. C'est soit en apéro, soit en-dehors des repas. Je ne bois pas pendant les repas. Je diminue ma dose de café (à mon nouveau boulot j'abuse un peu), je bois des infusions à la place.

Avec tout ça, ça devrait aller un peu mieux.

Ce midi, j'ai donc emmené ma gamelle au bureau. J'ai mangé des carottes et navets vapeur avec un peu de beurre fondu dessus, une tranche de jambon, de la polenta et un yaourt nature. Je suis un peu gonflée mais ça va, pas de douleurs. Mais surtout, je me suis vraiment régalé. J'ai la chance dans tout ça de beaucoup aimer les choses natures donc je n'ai pas l'impression d'être au régime. En plus je n'ai pas perdu le temps du trajet et de la papote avec les collègues, du coup j'ai une heure de libre pour glander avant le retour de mes collègues. Très cool, finalement ! On verra à la longue, ça risque de me peser un peu de préparer ma bouffe tous les soirs pour le lendemain...